Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Lisons sous la pluie...

Lisons sous la pluie...

Blog dédié à ma passion : la lecture !

"Si le soleil ne revenait pas" de Charles-Ferdinand Ramuz

« Si le Soleil ne revenait pas » de Charles-Ferdinand Ramuz

Résumé : Saint-Martin d’En Haut, hameau valaisan accroché comme par miracle au flan d’une montagne et quasiment coupé du monde extérieur est privé de la lumière du soleil chaque hiver. La vie y est éprouvante mais belle jusqu’à ce qu’Anzevui, le doyen du village, fasse une angoissante annonce. Il est formel : cette année, le soleil ne réapparaîtra pas sur le village comme à son habitude. Petit à petit, l’obscurité se répandra sur tous les Hommes. Le roman décrit les réactions des habitants du village, allant du mépris jusqu’à la terreur pure.

Mon avis : l’attrait principal de ce roman est d’après moi sa multiplicité de point de vue. Ramuz ne nous raconte pas l’histoire d’un personnage mais bien celle de toute une communauté. Selon ses croyances, son âge, son sexe, chacun réagit différemment à la menace proférée par l’ancien. Plusieurs types de caractères humains sont ainsi décryptés, dont l’éternel optimiste ou celui qui souhaite à tout prix survivre plus longtemps que les autres par exemple.

Tout comme dans « La grande Peur dans la montagne » Ramuz fait de la nature un protagoniste à part entière. Les paysages valaisans, capricieux, soumettent les humains sans pitié et contribuent à l’atmosphère oppressante du roman. Le lecteur se sent, comme les habitants de Saint-Martin d’En Haut, à la merci de cette montagne aux escarpements mortels.

L’intrigue, se déroulant au début du XXème siècle, retrace la vie des montagnards, en contraste avec celle des citadins. Rien est acquis pour les personnages et, dans ce milieu rigoureux, on se demande véritablement ce qu’ils feraient si le soleil ne revenait pas. De plus, toute l’intrigue est mêlée de religion et de superstition. Certains habitants pensent que le Christ les épargnera alors que d’autres estiment que le soleil ne reviendra pas pour punir l’humanité. Le mystère est véritablement présent et j’attendais la date prédite par Anzevui autant que les habitants.

Il me faut cependant souligner le fait que le texte est empreint du style unique propre à Ramuz. Les personnages s’expriment parfois par des tournures régionales. Les passages narratifs sont souvent eux-mêmes écrit dans un registre qui se rapproche de l’oral. Ce trait particulier du roman est selon moi un atout mais il a apporté à Ramuz beaucoup de critiques et peut, aujourd’hui encore, en déranger certains.

Cet univers glacial, parfois suffocant, s’inscrivait à merveille dans le menu 

« Montagne enneigée » du Cold Winter Challenge !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article